Sur les marches tibétaines

La route s'élève pour franchir deux cols de 4000 m, avant de redescendre vers la petite ville de Deqin.

Meili snow mountain

Un peu le bout du monde. Un endroit peu connu préservé du bétonnage chinois. Mais pour combien de temps encore? 

En tout cas, pour cette semaine de vacances où la population entière semble être sur la route, bon nombre de touristes chinois semblent avoir choisi la même destination que moi...

J'ai quitté Deqin le jeudi 3 Oct pour quelques jours, abandonnant une fois encore Ulysse pour un trek de 4 jours à proximité de la chaîne de montagnes de Meili. C'est seulement avec quelques infos glanées ça et là que je rejoins Xidang, à une quarantaine de km de là, point de départ du trek. 

Avant d'atteindre Xidang, un pont franchit le fleuve Mékong, appellé en Chine: le Lancang Jiang (fleuve turbulent). S'il a la fougue propre à sa jeunesse, il n'atteindra cependant son débit maximum que bien plus loin.

Il ne sait pas encore que je vais être à ses côtés durant plusieurs mois. J'aurais aimé assister à sa naissance, dans la province tibétaine du Qinghai, mais voilà, les autorités chinoises, qui ferment à double tour l'entrée des touristes dans la partie Est du Tibet, en ont décidé autrement...

Longtemps incertaine, contreversée, la source du Mékong est aujourd'hui officiellement reconnue.

 

Direction Yubeng

Il m'a fallu cinq heures de crapahutage sur un sentier abrupt, franchir un col à 3600 m, pour atteindre enfin mon but. Un bon dénivellé et un sentier devenu boueux par les centaines de pieds humains venus le fouler, mais aussi par les sabots des nombreux ânes et mûles chargés de multiples fardeaux et de touristes fainéants. 

Ce coin est encore un peu le Far-West de la Chine. Peut-être que ces touristes, du haut de leurs montures, s'imaginent vivre l'aventure de leurs ancêtres parcourant la route du thé dans cette même région du Yunnan?

Village de Yubeng (Haut)
Village de Yubeng (Haut)

Les choses, même ici, vont vite changer. L'essor du tourisme et l'électricité arrivée au village depuis tout juste deux ans laissent envisager un bouleversement de la vie locale. Nul doute que les villageois profitant de cette nouvelle manne touristique ne trouvent rien à redire. De nouveaux hébergements fleurissent partout et les mûles, corvéables à merci, n'en sont qu'au début de leur souffrance.

Des chutes d'eau sacrées

De Yubeng d'en haut, le sentier traverse un affluent du Mékong puis le village de Yubeng d'en bas. L'ambiance et les visages sont tibétains. Empreints de quiétude et de spiritualité. 

Les randonneurs qui passent près des drapeaux à prières flottant au vent, savent-ils que ce chemin de pèlerinage mène à des chutes d'eau sacrées?

J'ai eu la joie de partager le chemin avec un groupe de pèlerins tibétains. Rayonnants, silencieux. Je me suis senti accepté au point d'oser m'insérer dans leur lignée, caméra et trépied au poing, pour suivre leur cheminement spirituel au rytme d'un moulin à prières.

Arrivée aux chutes sacrées en compagnie des pèlerins tibétains avant de redescendre vers Yubeng après 8h de randonnée
Arrivée aux chutes sacrées en compagnie des pèlerins tibétains avant de redescendre vers Yubeng après 8h de randonnée

De retour à Deqin en auto-stop grâce à l'aide d'une aimable famille chinoise, j'ai retrouvé Ulysse qui m'attendait patiemment sous la protection des gérants de l'hôtel.

Plein d'énergie et de globules rouges, j'étais prêt à en découdre dès aujourd'hui avec le bitume chinois, mais....la  pluie m'en ont dissuadé. 

Et j'entends s'élever des voix: " Comment? Il tombe trois gouttes d'eau et cet "aventurier" n'ose pas mettre le nez dehors?"

Alors j'explique: Erreur, la raison principale ne me concerne pas à proprement parler, je souhaite seulement du beau temps pour tourner les premieres images de ma marche.

Si les prévisions sont exactes, je vais encore rester cloîtré ici un jour supplémentaire. Cinq belles journées ensoleillées sont annonçées par la suite, cela vaut donc la peine d'attendre. Alors, tel un photographe qui attend la belle lumière, je ronge mon frein, je tourne en rond, en attendant les bonnes conditions météo, tout en préparant mon plan de tournage. C'est pas pro ça peut-être? :)

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Pat et Kriss (mardi, 15 octobre 2013 15:09)

    Salut Philippe , bon ! nous voyons que proche des sommets tu n'arrives pas à trouver du soleil....je te rassure , tes photographies passent bien même par temps gris , les visages sont tellement beaux... les gros plans nous ravissent alors n'hésite pas à en faire. A titre d'infos je suis présélectionné pour un reportage sur le "Qi-Chong" en Aquitaine avec des maîtres en la matière. La culture médicale Chinoise s'exporte bien en France. Tu fais une caresse amicale aux mules , ici on en croise beaucoup mais sous une autre forme. Allez bonne route et à bientôt! Tes Amis de longues dates.

  • #2

    Maryline et Stéphane (mercredi, 16 octobre 2013 14:28)

    Bonjour et merci pour ces belles images . Si j, ai bien compris tu es toujour en Chine , il faut que je regarde la carte pour mieux te
    Situer .
    Bon courage à Ulysee la route est longue ....
    Prudence et attention ...
    Stéphane vient d,écrire les deux dernier phrases moi je te souhait e un bon tournage et de très belle rencontre soit prudent c,est de la haute montagne
    Je t, embrasse